Flop Modèle

– Ce grain de beauté, Ruth, c’est votre rime imparfaite… Du Baudelaire… Une de ces rimes qui rehausse d’éclat la richesse du vers suivant.

Elle l’avait envoyé sur les roses, le sujet lui étant épineux. Pourtant, il se serait ruiné sur l’heure pour elle sans rien exiger en échange. Comme quelques unes de ses relations d’ailleurs, pour qui se ruiner sur l’heure aurait tenu de la performance, tant leur compte en banque semblait insondable. Tous cependant auraient relevé le défi, sans même hausser un sourcil et sans espérer le moindre épanchement en retour… A seule fin que la grâce ne soit souillée par des soucis mercantiles. Ils auraient dilapidé leur fortune pour que son art du déplacement, longues hanches frôlant l’étoffe, effleurant l’air, pour que la palette de son visage, impénétrable à force d’être offert, pur jusqu’au trouble, pour que son génie de la pose, du galbe et de la cambrure, puissent s’épanouir sans contrainte. P1020077Mais Ruth Pacini ne leur en demandait pas tant. Ses cachets exorbitants de top modèle la préservaient de toute dépendance à l’égard de quiconque. Elle appréciait de surcroît, bien que sans complaisance, juger en experte son image sur le papier glacé des revues, à l’accroche des kiosques.

Seul ce grain de beauté la contrariait. Cet excédent d’épiderme au bord de la paupière offusquait de plus en plus son sens de l’harmonie. Mais ce qui l’avait convaincu au fil du temps de franchir la porte d’un chirurgien esthétique, c’était justement d’entendre à satiété ce genre de phrase ronflante sur Baudelaire et sur ses rimes. A présent, Ils allaient bien voir que la perfection ne s’accommode d’aucun défaut…Que la beauté n’a nul besoin d’un petit grain pour une absurde question de contraste… P1020084

Le bistouri incisa le corpuscule. Il y eut alors un sifflement fugitif.

Le chirurgien se vit en esprit en train de décapsuler une bouteille d’eau gazeuse, puis il cautérisa.

Dès le lendemain, d’infimes pattes d’oies affleurèrent de chaque coté des paupières mais Ruth les imputa aux effets post-opératoires. D’autant que la cicatrisation de l’excroissance de chair avait pu produire ses ridules imperceptibles. Les jours suivants, les ridules envahirent ses pommettes puis les commissures de ses lèvres. Ruth ne put que les nommer rides avec effarement, tant elles s’étaient affirmées et propagées. En une semaine, la peau de son cou se fripa et sa poitrine, de marbre il y a peu, se chiffonna. Ruth dut se rendre à l’évidence : Elle se flétrissait à vue d’œil.

Après maints examens, le chirurgien finit par lui avouer son impuissance. Il n’avait jamais été confronté à ce phénomène de vieillissement accéléré, surtout de manière aussi spectaculaire et après une intervention aussi bénigne.

D’ailleurs, Il est parfaitement impropre de parler de vieillissement dans votre cas. Seulement, je ne trouve pas de termes plus appropriés… Vos symptômes sont différents de ceux d’un vieillissement prématuré. Vos cheveux ne blanchissent pas… Aucune tache brune sur les mains… Non, ce serait plutôt comme si vous aviez soudain perdu beaucoup de poids, or vous n’avez pas maigri d’un gramme. Pourtant le fait est là, vous avez terriblement « décollé », à croire que vous ne vous buvez plus que de l’eau…

Le dernier mot resta en suspend tandis qu’il se revit en train de décapsuler une bouteille d’eau gazeuse. Son esprit scientifique se révolta contre l’hypothèse saugrenue qui balaya sa boite crânienne.

Elle se dégonflait. Elle fuyait ! Mais non !

C’était aberrant ! Il n’avait jamais eu vent d’un cas semblable, d’un être humain qui fuyait… Jamais eu vent… Il laissa échapper un sourire mais parvint de justesse à le transformer en une grimace de compassion, tandis qu’il cherchait ses mots. Comment lui expliquer le mal qui la rongeait ? ou plus précisément qui l’aspirait. Ou qui la vidait. Bref, il n’était plus certain que d’une chose à présent : Elle avait une fuite quelque part. Au niveau de la valve, enfin du grain de beauté. Contre toute logique, son intuition s’imposait comme la seule explication plausible. – Vous perdez de la pression. Il se reprit devant l’air effaré de Ruth, en proie à des sanglots.

A mon avis, vous devez passer en quelque sorte une phase dépressive.

Puis il lui prescrivit un régime expérimental à base de choux, de haricots secs, de bières et de levure à prendre toutes les heures, espérant par ce traitement lui insuffler de l’aérophagie afin de compenser sa fuite. Enfin, il l’incita vivement d’aller prendre l’air à la montagne ou à la mer, de respirer à pleins poumons mais surtout de ne pas s’essouffler.

Trois jours après, Ruth Pacini était de retour dans son cabinet, effondrée, vidée. Sa peau flasque flottait, pendait à toutes les articulations, son ventre plissait comme un pull distendu après de trop nombreux lavages. Le chirurgien ne put prononcer quoique ce soit pendant une bonne dizaine de minutes. Le choc passé, Il se résolut à lui expliquer son diagnostique. Son problème de valve était irréparable, pardon incurable, dans l’état actuel des connaissances de la médecine. Mais on pouvait toujours retarder l’échéance… La regonfler périodiquement en attendant de découvrir un remède plus durable.

Il lui greffa une prothèse en plastique au bord de la paupière, une valve mise au point par un fabriquant de pneumatiques et elle passait sous la pompe à oxygène tous les huit jours. Mais le mental de Ruth supporta mal le traitement. Elle se sentit de plus en plus humiliée d’être ainsi pompée comme une vulgaire roue de secours crevée.

Après six mois de ce système D, elle décida d’en finir. Elle s’enferma chez elle et ouvrit la valve. L’air s’engouffra par l’orifice dans un chuintement spasmodique et propulsa le corps de Ruth en tous sens. Elle virevolta dans le salon, en perdant rapidement toute contenance. Ce fut le disciple de Baudelaire qui découvrit son enveloppe charnelle, comme un tailleur Chanel froissé, abandonné négligemment sur la moquette.

P1020087

copyright

Publicités

Publié par

Francis Palluau

Scénariste, auteur, réalisateur, professeur, consultant touriste sédentaire.

4 réflexions au sujet de “Flop Modèle”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s