Foule intime 2

(suite de « Foule intime« )

Christian fait face au cercle des internautes anonymes, animé par le psychologue. C’est sa première semaine « déconnectée ». Applaudissements. Ils savent tous combien il est difficile de ne pas replonger, combien on se sent vide, à la fois sans désir et en manque.

foule intime2De son côté, Rafa entasse des sacs de linges sales dans une camionnette de laverie, garée dans le parking d’une résidence pour personnes âgées. Puis il s’installe au volant et met le contact lorsque son portable vibre sur son tableau de bord. C’est une femme qui voudrait le revoir. Il tergiverse, bafouille un prétexte et raccroche. Aussitôt, un message s’affiche d’une autre femme, qui l’attend avec impatience pour le soir même. Il soupire et démarre.

La jeune femme en robe jaune, Tiphaine, est assise à la terrasse d’un café, silhouette gracile et ébouriffée comme un moineau. 753 amis sur Facebook, 1041 likes sur Instagram, 125 followers sur Tweet et blogger d’art contemporain. Les yeux rougis et brouillés, elle sanglote tout racontant à sa mère par sms, du bout de ses doigts encore tétanisés, l’accident auquel elle vient d’assister.

Tout en faisant son jogging dans le bois de Vincennes dans un body bariolé, Ariane converse avec Lydia via son oreillette bluetooth. Elle croise et se fait dépasser par d’autres coureurs  dont certains parlent dans le vide comme elle, en haletant. Elle s’excuse auprès de sa meilleure amie pour ne pas avoir pu venir au déjeuner la veille à cause de clients avant d’en revenir à son sujet de prédilection depuis deux semaines : l’homme au charisme de bête sauvage. En dépit de ses œillades appuyés et de ses sourires langoureux, il paraissait plus embarrassé que troublé. Et si c’était un homo ?

Assise devant son PC, son chat sur ses genoux, Lydia l’encourage à persévérer, lorsqu’un appel skype lui fait abréger la conversation pour se connecter. Une femme noire de son age, qui émane la douceur et la volupté, apparaît dans une fenêtre. Elle s’appelle Maïté et s’exprime en portugais, ponctué de quelques mots de français et d’anglais. Lydia lui réponds dans son portugais maternel. Elles rient et irradient de joie, déjà très complices bien que ce soit la première fois qu’elles se voient et se parlent en direct. Il s’agit de la photographe brésilienne qui tient un blog auquel Lydia est abonnée.

Inconscient, relié à un EEG et un électrocardiogramme, bras perfusé, Léo git dans un lit d’hopitâl. Sa mère veille à son chevet. Anxieuse, elle tient dans sa main le portable de son fils, sur l’écran duquel des sms s’affichent…

  • … Tu es… mort ?
  • C’est moi.
  • Je n’ose pas venir
  • Je n’ose pas savoir
  • Fais- moi signe

Dans sa chambre, Jean-Loup, les mains rivées à son clavier, rédige un message à l’attention de « Pétillante007 », cigarette au bec. Sa favorite, quatre mois qu’ils échangent par mail. Elle est novice et il a toujours eu un faible pour les novices. Les guider, leur faire découvrir le vertige et l’ivresse d’abandonner toutes pudeurs et tabous pour vivre sans frein leurs désirs de soumission.

R.Descombes«  Prenez un papier et écrivez ceci : »

Dans sa cuisine, Jacqueline s’empresse de recopier les mots en questions sur un papier :

« Chienne de Monsieur »

Elle jette un œil sur son portable, plie soigneusement le papier en quatre et le glisse dans son shorty entre ses cuisses. Son mari l’interpelle du salon. Il voudrait lui montrer le nouveau veston qu’il vient d’acheter en solde à moins quarante pour cent. Elle lui rappelle qu’il doit d’abord sortir le chien. Ça fait deux heures qu’il attend.

Dans sa chambre, Jean-Loup se sert un verre de blanc avec le sourire, en regardant la photo du billet sous le tissu mauve du dessous.

Trois heures plus tard, en sortant des toilettes attenant à son bureau, Jacqueline croise une collègue en train de se laver les mains. Celle-ci remarque le billet qui tombe à ses pieds et attends d’être seule pour déplier le mot et le lire.

Après le déjeuner, alors qu’elle traverse le hall de son entreprise, Jacqueline entend un jappement sur son passage, suivis de plusieurs pouffements de rires. Au second jappement, elle se fige en portant instinctivement une main vers l’endroit où le billet est censé se trouver.

Rafa range sa camionnette de laverie sur le parking de la résidence pour personnes agées. Il aperçoit Ariane qui lui fait un signe amical en sortant du bâtiment et y répond en agitant son portable, pour lui signifier qu’il l’appellera sans faute.

Léo reprend conscience dans son lit d’hôpital. Il ouvre les yeux. Sa mère lui sourit en lui avant de lui montrer son portable récupéré après l’accident, avant de lui faire lire sur l’écran ce qu’elle vient d’écrire :

Fracture du crâne avec hématome, tu as été plongé dans un coma artificiel pendant 2 jours. Tout va bien maintenant, mon chéri. Tu as aussi une double fracture à la jambe droite…

Elle se penche sur lui pour répéter en murmurant ce qu’elle vient d’écrire, en prenant bien soin toutefois d’articuler. Enfin, elle lui remet son portable dans sa main, qui se resserre dessus.

(Foule intime 3 suite)

copyright

Illustration gravure : pointe sèche et eaux fortes de Roger Descombes parue dans « œuvres libres » de Verlaine.

Publicités

Publié par

Francis Palluau

Scénariste, auteur, réalisateur, professeur, consultant touriste sédentaire.

6 réflexions au sujet de “Foule intime 2”

    1. Merci Caroline, c’est une photo que j’ai prise dans le parc des Buttes-Chaumont, devant le « Rosa Bonheur », une sorte de guinguette très sympathique avec une vue magnifique, ou je viens parfois l’après midi écrire et le soir, il y a foule pour prendre un verre, écouter de la musique et danser.

      J'aime

    1. A priori 4. Il s’agit d’un projet de film, un long synopsis que l’on appelle un traitement, écrit l’année dernière, avec l’ambition de filmer chaque acteur seul en train de communiquer avec les autres sans jamais les rencontrer, mais devant le… scepticisme de quelques producteurs, j’ai décidé de le transformer en longue nouvelle, en l’adaptant bien sur.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s