Ici est là

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

… Pour ceux et celles qui, ici ou là, ont vécu sans laisser leurs empreintes à la postérité, ni leur nom au coin d’une rue, ni leurs faits d’armes sur une plaque scellée à la façade d’un immeuble, mais qui n’ont pas moins aimé et souffert, donné et reçu, pas moins vécu, même sur la pointe des pieds, en s’excusant presque d’exister.

(Cliquez et agrandir pour lire les inscriptions sur les photos ci-dessous. Eh oui, les petits plaisirs demandent parfois de grands efforts…)

20160223_130952

O ——————— O

Ici, elle ne savait plus vraiment ce qu’elle faisait là

Et l’ennui l’a ridée à petits feux.

O ——————— O

20160303_102606

 

O —————————– O

Ici, tu n’as laissé aucune trace

Pourtant tu as joui plusieurs fois

O —————————– O

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

O ———————- 0

Ici nous sommes repassés des années plus tard

Rien n’avait changé alors nous nous sommes enfuis.

 O ———————- 0

 

rocher panneau

Si cela vous amuse ou vous intéresse, laissez moi un court message commémoratif de ce genre, commençant par « Ici… ». Par exemple ici est né… ici a dormi… ici a mangé… etc… en poursuivant selon votre envie ou votre inspiration.

J’en choisirai quelques uns (tout dépendra du nombre) et les publierai dès que possible sur une nouvelle page, créée pour l’occasion, « ici, ça reste entre nous ». Ces phrases seront insérées sur le même panneau vert dans une photo appropriée.

Capture d’écran 2016-01-02 à 21.10.07

Le résultat des plaques imaginées par les participants sont sur cette nouvelle page :

Ici ça reste entre nous

D’autres suggestions restent toujours les bienvenues ! La collecte n’est pas terminée…

Publicités

Publié par

Francis Palluau

Scénariste, auteur, réalisateur, professeur, consultant touriste sédentaire.

77 réflexions au sujet de “Ici est là”

  1. Charlotte m’a dit que je cherchais trop et qu’à trop vouloir parfois, on tue le plaisir de la chose. Alors voici, cher Francis, ma contribution à cet article, directement de Montréal, en ce beau samedi de mars, ou le ciel parfaitement bleu et le 10 annoncé du jour me réjouissent à la folie…
    Ici elle est passée
    et repassée encore
    pour y finalement laisser
    à force de rien trouver qui vaille
    les vingt-cinq mots que vous lisez…

    Aimé par 2 people

    1. Tu devrais écouter Charlotte plus souvent. Je me disais simplement que cette proposition ne t’inspirait pas… Bon, j’ai déjà ouvert la page mais je serais heureux d’y ajouter ta plaque, enfin, peut-être plusieurs plaques pour placer vingt-cinq mots…

      J'aime

  2. sur du sable « ici les vagues inlassablement essaient d’effacer des pas ». Ma crise nostalgique d’un vendredi 11 mars pour ce temps qui fuit, comme la chasse d’eau, mais demain j’irai marcher sur la plage, histoire de donner du travail aux vagues.

    Aimé par 1 personne

  3. « Ici j’ai attendu, sans penser à agir » « Ici j’ai cru comprendre, et qu’on me comprenait » …
    Ben dis-donc, c’est pas gai! … J’vais chercher plus rigolo.
    En attendant: « Ici plein de personnes se plaisent à se promener, grâce à toi, personne pleine, de générosité! »

    Aimé par 1 personne

    1. Désolé Marité, j’ignore pourquoi mais je viens à l’instant de m’apercevoir que ton dernier message avait été classé dans les indésirables. Je vais donc te préparer une plaque commémorative également,que tu trouveras bientôt dans la nouvelle page !

      J'aime

  4. J’adore tes panneaux pleins d’humour et de vie.
    Comme ils révèlent la tristesse de nos rues nommée de nom de cadavres, plus ou moins prestigieux.
    Je te propose
    « Ici j’ai embrassé Armelle
    mais gardez le pour vous
    ses parents n’en savent rien. »

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Emilie, elle m’est venue en voyant une plaque devant l’entrée d’un immeuble sur une personnalité qui avait vécu là et dont j’ignorais l’existence. Je me suis dit que ce serait intéressant de le faire pour tout un chacun, la majorité silencieuse…

      Aimé par 1 personne

  5. Cet hommage est très touchant, c’est une excellente idée ! Une sorte de reconnaissance des individualités de l’humanité.
    Pourquoi pas
    « Ici a marché dignement celui qui se rendait à un emploi qu’il n’aimait pas ».
    C’est d’actualité, et c’est ce que j’ai envie de saluer ces derniers temps.

    Aimé par 4 people

  6. Tu m’étonneras toujours avec tes articles, Francis. Celui-là me met encore en émotion et me fait sourire et… je trouverai bien un message commémoratif (là, j’étais en train de cultiver mon jardin lorsque ton article a été annoncé, alors tu comprends que je te fasse attendre un peu pour le message participatif). Le récupérateur de plaisirs c’est une idée magnifique, « des sourires et des rires liés par paires »… « des caresses et des baisers de qualités non périmés », je réécris parce que ce sont des mots qui laissent dans leurs sillages de jolies émotions qu’on veut garder en soi parce qu’ils creusent du côté où ça fait du bien et que c’est très rare… par contre je ne mettrais pas les joies et les bonheur dans des sacs fermés, s’ils s’écoulent hors de la boite, ce n’est pas un drame, tout au contraire, le/la passante qui marcherait dedans serait un bienheureux. « Sur cet écran j’ai rit et j’ai pleuré », non, je trouverai mieux. Et que dire de cette Maité Quitois, forcément, on s’en souviendra, maintenant, surtout quand on se demande soi-même qui on est ! Tout est bon, comme d’habitude, Charlotte va encore penser que ça va me désespérer mais non, hein, non… Bon, je retourne à mon jardin, c’est pas le tout, si je veux planter quelques fleurs de remblais dans le bocal, il faut que je retrouve les racines que j’ai un peu lâchées pour te lire… oui, ben faut pas rester le nez en l’air mais si l’air qu’il respire, le nez, lui est bon et doux et propice à la rêverie. Très bon moment passé encore ici, Francis, vraiment. Il fait bon chez toi.

    Aimé par 3 people

  7. Belle idée, cet hommage aux anonymes. J’aime particulièrement celui des souris et cie… j’ajouterai « et sans titres de propriété », parce que c’est important, la non-propriété, pour le souris.
    Et je propose « Ici, le 7 mars 1897, il ne s’est – apparemment – rien passé »

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s