Yannick Bellon, quelque part

jamais-plus-toujours-synopsis-depliant-yannick-bellon-jean-marc-bory-bulle-ogier-loleh-bellon-1045987306_MLCoup de blues. Yannick Bellon s’est éteinte dimanche. Par l’intermédiaire d’un ami commun, j’ai eu le privilège de la rencontrer en collaborant sur son dernier projet de long métrage, en 2010. Elle avait alors plus de quatre vingt cinq ans et des projets pour au moins autant. Je garderai d’elle, au delà de ses films précurseurs, audacieux, le souvenir d’une énergie stupéfiante, d’un esprit affuté qui ne lâchait rien, animé d’une grande curiosité et d’une passion intacte. Toute ma gratitude pour ces après midi passées à construire et déconstruire son scénario, « un charme slave », ses personnages, avec une obstination jubilatoire, dans son bureau, une galerie située dans un passage parisien, lieu hanté par sa mère, grand reporter photographe, et sa sœur Loleh, actrice et dramaturge reconnue , un lieu à son image finalement, inclassable.

J’ai même dormi une fois dans cette galerie, par curiosité, Yannick m’ayant passé les clefs . A l’étage, il y avait une petite chambre avec une lucarne donnant sur le passage fermé et désert, couvert d’une verrière. Grâce à elle, j’ai eu l’impression de voir passer les ombres de Verlaine, de Rimbaud et de Baudelaire cette nuit là.

Coup de blues aussi parce que sa disparition n’a pas provoqué le moindre remou dans le landerneau médiatique et culturel. Comment se fait il que les féministes, et le milieu du cinéma, ne lui aient pas rendu un hommage  à la hauteur de ce qu’elle a représenté ?

Car Yannick Bellon fut une pionnière, l’une des très rares scénaristes, réalisatrices, productrices de long métrages comme de documentaires, à avoir touché un vaste public sur des sujets brulants et dérangeants, d’autant plus dans les années soixante-dix, comme le cancer du sein et le viol, avec des héroïnes, le plus souvent des femmes en reconstruction, qui se définissaient face au malheur, à la perte, à la violence des hommes.

Pourquoi cette indifférence, au moins apparente, à son décès ? Peut être parce qu’elle était avant tout une franc-tireuse, sans concession, inclassable encore une fois ?

Pour en savoir plus sur elle :

Biographie et filmographie de Yannick Bellon

Publié par

Francis Palluau

Scénariste, auteur, réalisateur, professeur, consultant touriste sédentaire.

16 réflexions au sujet de “Yannick Bellon, quelque part”

  1. C’est vrai que vos chroniques nous manquent car vous êtes un humaniste au sens noble du terme. Je ne connaissais pas du tout cette réalisatrice mais franchement, on peut alors se poser cette légitime question : les journalistes font-ils encore leur boulot ? Car la curiosité mais aussi la culture générale (tout autant que l’impartialité qui n’est plus en ce monde-là, un comble, en tout cas chez nous) sont devenues denrées rares. Ont-ils parlé de la mort de Louise Bourgeois, une grande dame de l’art contemporain actuel ? Que nenni ! Elle était à l’art, ce que Charles Aznavour était à la chanson pourtant ! Mais que diable vont-il faire dans cette galère ? Oui, tous ces journalistes qui font un métier tellement aveuglant, dans les journaux, à la télé, à la radio, qu’ils en oublient de regarder derrière les spots qui les aveuglent !

    Aimé par 1 personne

    1. Hélas, ce n’est pas l’information qui prime, mais le buzz… il faut parler ce dont tout le monde parle pour l’amplifier. Tout le monde a parlé du décès d’Agnès Varda parce qu’elle a toujours été en odeur de sainteté dans le microcosme parisien (je ne dis pas que c’était à tort) mais pour d’autres, un peu oublié, il faudrait encore être curieux, vraiment curieux…
      Merci, Anne !

      Aimé par 3 personnes

  2. Bonsoir Francis! C’est incroyable, hier je me disais « Quand même, ça me manque ces rubriques de Francis… »
    Je n’ai rien entendu concernant la mort de Yannick Bellon…! Oui, pourquoi?
    J’avais vu « L’amour violé » à sa sortie et en avais été marquée. J’adorais Nathalie Nell, Christine Boisson, Dominique Laffin, Christine Pascal (dont j’ai vu « Le petit prince » il y a peu…) Elles étaient quelques unes de cette trempe à l’époque à essayer de faire bouger les choses.
    A bientôt j’espère!
    Marité

    Aimé par 1 personne

      1. mon souvenir le plus marquant quand je pense à Yannick, c’est le film ‘la femme de Jean’…..et je peux dire qu’avec Coline Serreau , ce sont des femmes qui ont façonné ma vie (bien plus que ma propre mère)
        sans ton billet, je n’aurais pas su qu’elle n’était plus de ce monde mais pour moi, grâce à ses films, elle est bel et bien présente à jamais…..et je pense à elle avec reconnaissance et tendresse

        Aimé par 1 personne

        1. Bel hommage, malyloup. Elle aurait apprécié, j’en suis certain. C’était, je l’ai ressenti ainsi en discutant avec elle, une féministe positive, c’est à dire qui ne se positionnait pas contre les hommes en général, mais pour les femmes.

          Aimé par 2 personnes

          1. oui c’est tout à fait *ça*, Francis: pas contre les hommes mais pour les femmes! et mon amour pour les hommes ET les femmes va bien dans ce sens 🙂
            les femmes de ma familles étaient plutôt en guerre avec les hommes et ça ne m’allait pas du tout car je ne vois de salut que dans la paix et l’égalité des sexes
            c’est ainsi que l’oeuvre de Yannick a contribué à forger mes en-vies 😉
            moi ça me fait plaisir que tu l’aies connue ‘en vrai’ et appréciée

            Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s