A ses lèvres suspendu(e)

Photo de André kertész, grand photographe, l'un de ceux qui m'a le plus fasciné.
Photo André kertész, l’un des photographes qui me fascinent le plus.

Aux abords de la délivrance

A ses lèvres suspendu(e)

Ses hanches succombent et s’avancent

Toutes pudeurs enfin tues

Apprendre le mâle en patience

A ses lèvres retenu(e)

Par sa pointe, cette langue l’élance

Son hydromel à la source bue

Distorsion, André Kertesz, pour en découvrir plus sur ce photographe, cliquez sur cette photo.
Distorsion, André Kertesz, pour en découvrir plus sur ce photographe, cliquez sur cette photo.

Ne sois plus que béance

A ses lèvres dévolu(e)

Aspire à la potence

Jusqu’à tomber des nues.

copyrightLiens vers d’autres poèmes sur le blog :

Publicités

Publié par

Francis Palluau

Scénariste, auteur, réalisateur, professeur, consultant touriste sédentaire.

26 réflexions au sujet de « A ses lèvres suspendu(e) »

  1. Troublé. Me donne envie de faire exulter une femme à l’instant. Pouvoir des lèvres, qui délivrent, qui disent aussi les mots qui ouvrent au désir. Merci Francis.

    J'aime

  2. Ce que le lecteur fait d’un poème, n’est-ce pas ? A mon tour de me perdre dans ce u(e) que j’ai tortillé dans bien des sens. Double vision quoiqu’il en soit.

    J'aime

      1. Voila qui me fait penser à mon texte ( écrit pas plus tard qu’hier):

        ( la chair du piano )

        C’est sans doute appuyer sur les touches,
        Une silhouette enveloppante, et la chair du piano .
        Je remonte ses vertèbres, comme je le ferai d’un dos,
        Et je finis contre la bouche.

        C’est un tumulte où se précipite mon cœur,
        S’en extraient naturellement notes et sons,
        A comparer l’instrument avec un poisson ;
        Concerto liquide épicé d’odeurs .

        Couvercle noir prêt à avaler.
        Je vais plonger , intrépide,
        Dans la valse de ton sourire liquide

        Le piano à queue fouette son eau salée
        De la chanson, mes poumons enflés d’iode et d’air ,
        Ivresse d’une sonate buvant ton jus de mer.

        Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s